Principe

Le spectacle consiste dans la rencontre de deux équipes d’auteurs appelés «impro-scripteurs ».

Ils écrivent un texte à partir de consignes littéraires dans un temps donné.

Ensuite ils lisent à voix haute leur production et le public exprime sa préférence en votant.

Le public est sollicité pendant le match pour proposer des mots qui seront utilisés dans les consignes.

L’équipe qui a remporté le plus de points est déclarée victorieuse.

 

Constitution des équipes

Les équipes sont constituées de 6 à 8 joueurs.

Chaque équipe est formée de deux groupes : les sprinters pour les écritures courtes et les fondeurs pour les écritures longues.

Les deux groupes écrivent de façon simultanée.

À la mi-temps, les joueurs permutent

Chaque groupe désigne un porte-parole qui pourra éventuellement demander des explications au maître de cérémonie

 

Durée

Le match se déroule en deux périodes de 45 minutes

 

Déroulement

Le maître de cérémonie présente au public les principes du jeu, son l’assistant et le musicien. Il annonce la composition des équipes. Les joueurs se présentent et disposent d’une minute d’échauffement avant de s’installer à leur table.

Le maître de cérémonie annonce la consigne d’écriture : son type, sa catégorie, son style et sa durée.

Au signal sonore du maître de cérémonie, les impro-scripteurs commencent à écrire. 30 secondes avant la fin du temps, l’assistant fait sonner une clochette. Le maître de cérémonie signale la fin de l’écriture par un coup de sifflet. À ce moment, les impro-scripteurs doivent cesser d’écrire et maintenir les mains levées au-dessus de la table.

Un ou plusieurs joueurs, selon la catégorie, viennent ce qui est écrit et seulement ce qui est écrit sur leur feuille.

L’ordre de lecture est déterminé par tirage au sort la première fois et en cas d’égalité. Les autres fois c’est l’équipe qui mène au score qui lit la première.

À l’issue des lectures, le maître de cérémonie annonce, s’il y a lieu, les fautes ou les bonus des équipes (voir fautes et bonus)

Le public est invité à exprimer son avis à l’aide d’un panneau de vote bicolore qu’il lève à bout de bras.

Le maître de cérémonie et son assistant font le compte des votes.

L’équipe qui a remporté le plus de voix marque un point.

Les scores sont affichés. Le total des fautes et bonus est réactualisé.

Éléments d’une consigne d’écriture

 

1 ) Le type

Écriture courte : Pour les sprinteurs, elle dure de 1 à 3 mn

Écriture longue : Pour les fondeurs, elle dure de 12 à 15 mn

Écriture d’équipe : commencée par les sprinters, elle est poursuivie par les fondeurs, elle dure de 8 à 10 mn

 

2) ) La catégorie :

Pour les écritures courtes, les catégories sont :

 

Acrostiche :

Écrire un poème dont l’ensemble des lettres initiales compose un mot proposé par le public.

 

Chromatique :

Le musicien joue une courte mélodie et il annonce les notes utilisées. (Dix maximum). Écrire un texte où figurent ces sonorités en respectant leur ordre.

 

Chanson :

À partir de la structure rythmique d’une chanson, écrire de nouvelles paroles.

 

Culinaire :

Écrire une recette de cuisine en utilisant 10 mots pris dans un glossaire technique fourni par le maître de cérémonie.

 

Éloge et blâme :

À partir d’un nom d’objet et d’un pays proposé par le public, écrire l’éloge de cet objet. L’autre équipe rédige son blâme.L’équipe menée au score choisit sa contrainte.

 

Encyclopédique : À partir d’un objet proposé par le maître de cérémonie, écrire un article documenté situant son origine et le contexte historique de son propriétaire, son inventeur ou son découvreur.

 

Épistolaire :

1er temps, écrire une lettre de sollicitation. 2e temps, répondre à l’équipe adverse.

 

Haïku :

Écrire un haïku (poème de 5, 7, 5 syllabes) à partir d’un mot proposé par le maître de cérémonie, en respectant l’esprit de cette forme poétique japonaise.

 

Périphrase : À partir d’une phrase proposée par le maître de cérémonie, la réécrire en utilisant autant de périphrase que possible.

 

Langage des rues : Transposer un texte proposé par le maître de cérémonie dans un style argotique.

 

Petite annonce :

Sur le principe de l’acrostiche, écrire une petite annonce à partir d’un mot proposé par le public.

Quatrain :

Écrire un quatrain où l’on retrouve les rimes de deux mots proposés par le public.

 

Relais :

Le maître de cérémonie donne une phrase d’ouverture. Un joueur de chaque équipe écrit la suite du récit pendant une minute. Vote du public. Poursuite de l’écriture selon le choix du public avec deux nouveaux joueurs, etc… Le texte est interrompu quand une équipe a été plébiscitée trois fois. Elle remporte le point.

 

Théâtrale : À partir de deux répliques proposées par le public écrire les 10 répliques suivantes.

 

 

Pour les « écriture longues », les catégories sont :

 

Conte animalier : Le maître de cérémonie propose une morale. Les joueurs choisissent deux animaux à partir d’une liste composée avec le public. Écrire une fable mettant en scène ces animaux et illustrant la morale.

 

Éditoriale :

À partir d’une phrase proposée par le public, écrire le titre du roman, son résumé (type quatrième de couverture) le nom de l’éditeur, la dédicace, la bibliographie, la biographie de l’auteur et quelques extraits de critiques.

 

Journalistique :

À partir de 10 mots proposés par le public écrire un article de presse où l’on retrouve ces 10 mots.

 

Journal intime :

À partir d’une date et d’une ville, proposées par le public, écrire un extrait de journal intime

 

Perec :

Écrire un souvenir d’enfance en s’interdisant l’utilisation d’une voyelle proposée par le public.

 

Rapport de police :

Écrire déposition où sont repris 10 mots proposés par le public.

 

Théâtrale :

À partir de deux répliques proposées par le public écrire une scène dialoguée.

 

Pour les écritures d’équipe, les catégories sont :

Publicitaire :

Le maître de cérémonie propose un produit imaginaire.

1er temps : Les sprinters écrivent un slogan vantant ses mérites et proposent une musique au musicien pour en faire un jingle qui sera chanté.

2e temps : Les fondeurs rédigent le scénario du clip promotionnel.

 

 

Romanesque :

Le maître de cérémonie fait tirer au sort une figure d’un jeu de carte à chaque équipe.

1er temps : Les sprinters de chaque équipe disposent d’une minute pour écrire l’autoportrait du personnage portant ce surnom.

Lecture

2e temps : Les fondeurs d’une équipe écrivent la première rencontre entre ces deux personnages. Les fondeurs de l’autre équipe leur séparation.

C’est l’équipe qui a le score le plus bas qui choisit la séquence qu’elle souhaite écrire.

3) LE Style

Le style ajoute une contrainte supplémentaire ou précise la consigne. Il peut dans certains cas être libre.

Aïku :

Le poème doit faire référence au sens du mot.

Chanson :

Préciser le type de chanson : d’amour, réaliste, corps de garde, engagée…

Culinaire :

Préciser le type de  glossaire fourni : maritime, joaillerie, maçonnerie, couture, musical…

Édition et Romanesque:

Préciser le genre romanesque : roman de gare, polar, science-fiction, fantastique, historique (l’époque), aventure, érotique…

Épistolaire :

Préciser la nature de la demande : rendez-vous, augmentation, mariage, rupture, réclamation…

Journalistique :

Préciser la nature du reportage : politique, people, guerre, faits-divers, sports…

Petite annonce :

Préciser la nature de l’annonce : commerciale, rencontre, location, échange…

Quatrain :

Préciser le nombre de pieds et/ou si les rimes sont croisées ou embrassées

Théâtrale :

Préciser la famille théâtrale : comédie, tragédie, boulevard, absurde, épique…

Fautes et bonus :

 

Les bonus :

Une équipe se voit accorder un point de bonus si elle termine son texte avant la fin du temps imparti. Elle le signale en levant les mains au-dessus de la table.

Dans ce cas, quel que soit le score, cette équipe est la première à lire.

Une équipe totalisant trois bonus gagne un point.

 

Les fautes :

Elles sont de deux types : faute collective et faute individuelle.

 

Fautes collectives :

Hors sujet : Les impro-scripteurs n’ont pas respecté la catégorie ou le style imposé.

Temps dépassé : Les impro-scripteurs ont continué d’écrire après la fin du temps imparti.

Procédure illégale : Un ou plusieurs joueurs ont écrit alors que l’équipe à fait un appel à bonus.

Cabotinage : Clin d’œil appuyé à un événement ou une personne dans le seul but de faire rire sans servir le propos

Cliché littéraire : Utilisation d’expressions convenues et éculées.

Plagiat : Emprunt de citation non justifiée.

Confusion : Le texte n’est pas compréhensible.

 

Faute individuelle :

Bafouillage : Le lecteur savonne pendant la lecture.

Bidonnage : Le lecteur brode autour du texte écrit.

Le maître de cérémonie peut demander à vérifier le texte après une lecture.

L’équipe adverse peut demander une expertise en bidonnage. Si, après vérification, le bidonnage n’est pas avéré, l’équipe plaignante est sanctionnée par une faute.

Mauvais esprit : un joueur exprime son désaccord envers le maître de cérémonie en dehors du protocole prévu ou fait une remarque désobligeante envers l’équipe adverse ou le public

 

Une équipe totalisant trois fautes donne un point à l’équipe adverse.

Un joueur totalisant trois faute individuelle est exclu du jeu.

 

Le maître de cérémonie signale les fautes à l’aide d’une sonnette pendant ou à la fin des temps d’écriture et de lecture.

Il est seul juge de la nature et de la pertinence des fautes annoncées et de l’attribution des bonus. Son assistant peut lui signaler une faute qui lui aurait échappé et il l’aide à prendre une décision en cas de litige.

À l’issue du vote un porte-parole de l’équipe sanctionnée peut demander des explications au maître de cérémonie.

Il quitte alors la table et vient se placer devant le maître de cérémonie. Il s’exprime ainsi : « Monsieur le maître de cérémonie, pour une bonne compréhension du public et des deux équipes, pourriez-vous nous indiquer la raison de cette faute. » Il ne commente ni ne discute les explications du maître de cérémonie.

 

Le public peut manifester son désaccord avec les décisions du maître de cérémonie en jetant des boulettes de papier sur ce dernier.

 

 

Protocole DÉTAILLÉ :

 

Accueil en musique du public par le maître de cérémonie et son assistant

Explication des règles du match (texte n°1)

Présentation des équipes, entrée des joueurs.

Échauffement des équipes : pendant deux minutes, les deux équipes se livrent à un remue-méninges en se lançant des défis verbaux : séries d’association d’idées, rimes, synonymes, contraires...

Au coup de sifflet, les impro-scripteurs s’installent à leurs tables.

Le maître de cérémonie annonce la première consigne qui est toujours de type écriture courte, les sprinters commencent à écrire. Le maître de cérémonie annonce la consigne d’écriture longue aux fondeurs qui commencent aussitôt.

L’assistant démarre les minuteurs sur la table des fondeurs.

Les écritures courtes sont proposées aux sprinters jusqu’à ce que le temps des fondeurs, signalé par la sonnerie du minuteur, soit écoulé. À ce signal, ils doivent lever les mains et impérativement cesser d’écrire.

On procède alors à la lecture des textes courts.

Après le vote, le maître de cérémonie donne aussitôt une nouvelle consigne d’écriture courte. On procède ensuite à la lecture des écritures longues et au vote.Ensuite une nouvelle consigne d’écriture longue est donnée aux fondeurs.

Le maître de cérémonie peut proposer une écriture d’équipe selon le temps restant à jouer, la durée d’une période ne devant pas excéder 45 minutes

 

En cas d’égalité au score à la fin du match, une consigne de la catégorie relais est proposée. Sprinters et fondeurs y participent ensemble. La première équipe ayant remportée 5 votes est déclarée victorieuse.

Les porte-parole sont invités par le maître de cérémonie pour prononcer le mot de la fin.

 

Annexes :

Le tirage au sort : il est effectué à l’aide d’un dictionnaire. Le maître de cérémonie l’ouvre au hasard, si le premier mot comporte un nombre impair de lettres c’est l’équipe Alpha qui est choisie, si le nombre est pair, c’est l’équipe Bêta.

Participation des spectateurs :

Les spectateurs qui interviennent en proposant des mots ou des phrases sont tirés au sort grâce au numéro figurant sur leur panneau de vote. Le spectateur a le droit de se faire aider par ses voisins.

 

Rôle de l’assistant

Il tire au sort les numéros de spectateurs qui participent à la consigne.

Il inscrit sur un panneau les mots proposés par le public.

Il surveille le temps écoulé des écritures courtes et signale à l’aide d’une clochette les 30 dernières secondes.

Il règle et installe les minuteurs pour les fondeurs.

Il compte les votes pour l’une des équipes, (le maître de cérémonie compte les autres votes)

Il note les scores et les bonus.

 

SCÉNOGRAPHIE :

Deux tables à jardin avec de 6 à huit chaises, même chose à cour. Les tables seront décorées aux couleurs des équipes en présence.

Au lointain, au centre et surélevé, le musicien.

Au-dessus de lui un chronomètre qui indique le temps du match et un panneau où apparaissent les scores.

Centre plateau, une petite table avec « Le Grand Livre » où le maître de cérémonie puise les consignes d’écritures.

À l’avant scène deux pupitres où les joueurs viennent lire leur texte.

À l’avant scène, à jardin ou à cour un tableau où sont notés (ou projetés) les mots du public, ou les phrases proposées par le maître de cérémonie.

 

COSTUMES :

Le maître de cérémonie, et l’assistant sont habillés en noir et blanc.

Queue de pie et nœud papillon pour le maître de cérémonie.

 

ACCESSOIRES :

Minuteurs sur la table des fondeurs. Chronomètre, sifflet, sonnette et clochette pour le maître de cérémonie et l’assistant.

Panneaux de vote bi-color et numérotés pour le public.